Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 17:20

Il n'y aura pas de suite, du moins ces prochains mois, de tout ce que contientce blog.

Published by Alex
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 23:28

Il y a quelques temps, j'ai entrepris de me faire un bouclier "semi-lenticulaire" basé sur le restes retrouvés dans l'Eglise Saint-Séverin de Cologne, pour l'adapter au umbo déjà présenté ici, et ainsi avoir le complément de ce qui a été retrouvé à Flonheim.

 

Je suis parti de lamelles de 3 milimètres (pas les compétances ni la patience d'équarir le bois!), chetées en commerce. Pour ce qui était de la forme, n'étant pas fan du tout des boucliers bombés, j'ai choisi de rester fidèle au manipule retrouvé, donc d'avoir un bouclier droit sur un dimaètre de 40cm, et ensuite de l'inclier vers les bords très légèrement.

Pour le coffrage, j'ai utilisé mon premier bouclier, donc le manipule de bois était brisé. Il est réhaussé d'arêtes de bois de hêtre sur lesquels j'ai visé les premières lattes. Après un encollage d'une feuille de lin, j'ai mis une seconde couche de lamelles, et ainsi de suite. 

Le tout est ensuite recouvert de deux couches de lin pour l'intérieur, et de cinq à l'extérieur. 

Le trou de préhension est celui du bouclier de Cologne, soit en "sérrure" (une commande du manipule est en cours).

 

Afin de suivre le plus fidèlement possible l'original, j'ai recouvert le bouclier d'une couche de cuir (bovin) collée à  un mélange os-corne 66/33. Le tout est cerclé d'un morceau de cuir bouilli sur le même mélange, legèrement modifié (plus de corne, moins d'os), qui est cousu et non clouté.

Pendant l'opération, un mauvais coups a fait sauté l'un des rivets de l'umbo, et une absence prolongée sans faire attention aux fortes chaleurs a rendu le bouclier tout plat... un prochain sera peut être réussi?


Les lamelles, découpées dans du bois déjà taillé de type "gros fénéant.com"

bouclier_koln_01.jpg

La base du coffrage, un bouclier de 90cm de diamètre ayant déjà bien fait son temps et non brisé:

b4-002.jpg

 

La fixation du coeur du bouclier: on utilise tout à porté pour lester la prise de la colle..

bouclier_koln_02.JPG

 

La dernière couche est recouverte d'un cadre permettant l'alignement des bords

bouclier_koln_03.JPG

 

Après découpage, et ponçage rapide à la main avec une pière poreuse, des chutes de lin servent à raidir l'extérieur (purement fictionel, et pour éviter l'éclatement lors des tsts de francisques et d'angons: rien n'indique que du lin était utilisé sous le cuir)

 

bouclier_koln_04.JPG

 

Vue interne:

 

bouclier_koln_05.JPG

 

Vue interne bis: un manipule de bois, en attendant la réplique de l'original, est lui aussi recouvert de lin pour éviter les bris trop précoces:

bouclier_koln_09.JPG


Début de cerclage après pose du cuir:

bouclier_koln_10.JPG

 

bouclier_koln_11.JPG

 

 

Vue finale en cours de décoration:

 

bouclier_koln_12.JPG

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 15:49

Le Musée Itnérant a pour ambition de pourvoir expérimenter des reproductions d'armes de jet (francisques, angons, javelines), et d'en décrire les résultats conjointement aux travauux publiés (et textes d'époque) au public qui vient à notre rencontre.

 

La  sortie du Musée itinérant pour les journées de l'Archéologie 2014 sur l'archéosite de Blangy sur Bresle(retrouvez l'album complet sur notre page faceboock: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10152475679999173.1073741844.257162909172&type=1 ) a été la première occasion de tester l'angon mais aussi ldexpliquer au public son utilisation. Ce fut chose faite, conjointement à notre autre angon présenté au Musée Ardouin de Mazères les mêmes jours par P.Raux.

 

 

 

DSCF6214.JPG

 

DSCF6227.JPG

 

10458624_10152475686729173_619594143156026708_n.jpg

 

10356170_10152477294044173_3891326479394480265_n.jpg

 

10368199_10152477058294173_5463352750758000637_n.jpg

 

Un seul regret pour cette première présentation au public: il aurait fallu être au moins trois à manoeuvrer pour mieux montrer l'utilité de l'arme sur un bouclier encastré dans une ligne, et un "adjoint" attaquant l'infortunée "cible".

 

10404890_10152481184769173_774916818115359918_n.jpg

 

Petit apperçu de la marque laissée au bouclier comparativement aux autres tests précédants avec un arc de 27l (marque juste en dessous):

 

DSCF6185.JPG

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 15:38

Troisième tir au but: la francisque a été coincée entre la cible et le sol lors de la chute du tout.

Quatrième tir au but: la hache est presque verticale, le tranchant entier et faiblement fiché dans le bois:

 

CAM00020.jpg

CAM00022.jpg

 

CAM00023.jpg

 

CAM00025.jpg

 

Cinquième tir au but: (main droite, étant gaucher): la hache est franchement de biais, la pointe supérieure est faiblement fichée dans le bois:

CAM00026.jpg

 

CAM00027.jpg

 

CAM00028.jpg

 

CAM00029.jpg

 

CAM00030.jpg

14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 15:23

Profitant du beau temps et d'un retour dans l'Oise (et surtout d'avoir un endroit tranquile où je peux tirer sans risquer de tuer quelqu'un, sauf le chien...! ) j'ai fait quelques tirs, et cette fois ci j'avais de quoi prendre des photos. 

 

Voici donc les résultats. Seuls les tirs "au but" avec lame fichée dans la cible ont étés photographiés.

Cible: planche de hêtre (?) de 1m30x22cmx8cm d'épaisseur.

Hache: francisque de Worms, N°26 de la classification de W.Hübener, reproduite en lame d'acier carburé et enveloppe de fer doux. Aiguisage mécanique (manque de temps) et finition à la pierre d'affûtage (ma main en a fait les frais en rangeant après les tirs!). La hache a été prise dans des bandes de lins encollées afin d'éviter les nombreux désenmanchements lors des tirs ratés, ou la détérioration trop rapide du bois (après plusieurs années d'essais, rien n'est plus ennuyant que de se promener avec une brouette pleine de manches tailés exprès..).

 

Conditions de tirs:

- 32 tirs en tout, dont 6 avec la main droite,
- distance 9m50,
- les 25 premiers tirs ont étés faits avec un bouclier dans la main droite.

 

Résultats: 

- 4 "tirs au but" avec tranchant fiché,
- 1 tir identique mais avec la francisque éjéctée lors de la chute de la cible,
- 5 tirs qui ont touché la cible avec le fer, retirant un morceau de bois mais passant trop près du bord pour que le résultat ne soit pas lisible,
- 6 tirs où soit le manche , soit le fer dans sa partie non tranchant a touché la cible,
- 16 tirs passés à côté, ou trop hauts ou trop en avant (dont deux trop en avant qui ont touché la cible par rebond sans occasionner un choc assez fort pour la faire tomber).


Les photos:

 

Premier tir au but: la hache est arrivée bien verticale, environ la moitié du tranchant est planté dans le bois:

CAM00008.jpg 

CAM00009.jpg

CAM00010.jpg

 

CAM00011.jpg

 

Tir au but avec la hache marteau type 4:N, comparatif de la partie enfouie dans le bois:

CAM00013.jpg

 

Profil des tirs: la plupart des coups qui ont rebondis juste devant la cible voient la francisque passer par dessus et retomber juste en arrière:

CAM00014.jpg

 

Second tir au but: la hache est venue se ficher légèrement de biais, moins de la moitié du tranchant est dans le bois, mais la pointe supérieure y est plus profondément fichée:

CAM00015.jpg

 

CAM00016.jpg

 

CAM00017.jpg

 

CAM00018.jpg

(suite dans un autre article)

13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 10:01

La sépulture contient aussi une framée à flamme assez large et droite, indiquée comme faisant 62.5 cm de long.

Elle a été reproduite par Gael Fabre en acier homogène. Un aléa de fabrication a hélas fait que la douiille se retrouve enroulée et ouverte secondairement, au lieu d'être simplement une "douille ouverte" comme sur l'original ou la plupart des modèles de la même  période.

 

framee_0.jpg

 

framee_1.JPG

 

framee_4.JPG

 

13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 09:56

Toujours dans la même sépulture, une boucle (laiton ou or?) avec un grenat rectangulaire dans la base de l'ardillon a été retrouvée (ou associée?). Elle est accompagnée d'une petite plaque de mêe matériaux, avec des grenats épousant un décor en cercles.

La reproduction a été confiée à JM.Hebert, et faite de laiton et de résine selon les possibilités de l'artisan. la méthode utilisée est celle de la cire perdue.

 

boucle 0

 

boucle_rechi_1.jpg

 

boucle_rechi_2.jpg

 

boucle_rechi_3.jpg

 

Premeir montage test sur un cuir coloré:

 

boucle_rechi_4.JPG

11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 22:15

Cet article sera dédié à l'angon de la sépulture que j'entreprend de reproduire pour le Musée itinérant. L'angon en particulier s'inscrit dans notre démarche de "vulgarisation" des armes de jet chez les francs des V° et VI° siècles.

 

Ce type d'angon, avec douille ouverte en quatre parties, "ressort" et trois anneaux est classées sur la période MA-1.

La reproduction est signée Gael Fabre, et est jointe à une pointe surnuméraire pour la présentation au public (les barbelures sur l'angon lui mêmes ont étés retirées, afin de permettre une utilisation sur cible et pouvoir présenter au public son utilisé et utilisation tels que décrites par Agathias).

 

L'angon tel que déssiné dans le rapport de Mr Hament:

angon_0.jpg

La reproduction:

angon_1.JPG

 

angon_3.JPG

 

L'angon une fois positionné sur une hampe. A regretter un "ressort" trop court et ne couvrant donc pas le fer et la hampe...

angon_6.JPG

 

11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 22:07

La reproduction de la sépulture n°9 de la nécropole mérovingienne de Flonheim commence à prendre forme.

Pour débuter une photographie des armes reproduites (exeptées la spatha et le scramasaxe, qui sont ici simplement des ojets servant aux démonstrations de combat et sont donc non tranchants, et sommairement modifiés le temps d'obtenir des reproductions plus fidèles.

La hache est récupérée sur la sépulture de Nouvion 354 (une reproduction plus fidèle n'est pas prévue à ce jour).

L'angon et la framée sont des productions de Mr Gael Fabre.

 

armes--2-.jpg

 

 

Bibliographie:

"Fränkische Aderlgräber von Flonheim in Rheinhessen", H.AMent, Berlin, 1970.

13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 21:45

L'avant-dernier objet de la sépulture n°354 de la nécropole de Nouvion en Ponthieu est enfin reproduit: il s'agit d'une pince à épiler en bronze, avec plateaux et arête centrale, reproduite par Le Bijou Historique (http://lebijouhistorique.com/).

 

Originellement contenue dans l'aumônière (dont il ne reste plus qu'a reproduire le fermoir de fer) avec le couteau et l'aiguille  de bronze(ou le cure dent?), elle est datée via la sépulture dans son ensemble aux couches B-C-D de R.Legoux, soit le tout début des années 500.

J'ai associé ici un pendant en forme de mouche, production personnelle en bronze à technique d ela cire perdue (coulée Boutefeux-créations), et qui provient de la région de laon, dans l'Aisne (cf. << la Civilisation mérovingienne>> de Mr Salin, tome 1), pour deux raisons: associer les petits objets de bronze entre eux afin de ne pas les perdre, et parceque j'affectionne tout particulièrement cette petite mouche. Rien d'histoarchéologique là dedans donc!

 

Les pièces d'origine selon le rapport de Mr Piton:

 

nouvion354.jpg

 

 

Photograpghies de la pince à épiler:

 

IMG_1367-copie-1.JPG

 

IMG_1368-copie-1.JPG

 

IMG_1370-copie-1.JPG

 

 

Les reproductions:

 

DSCF6142.JPG

 

DSCF6144.JPG

 

DSCF6145.JPG